Rapports

Rejet par le Sénat du Budget 2019 pour la Police nationale et la Gendarmerie nationale

Sur ma proposition, la Commission des finances du Sénat a rejeté massivement – une seule voix pour – le projet de budget du Gouvernement pour la Police nationale et la Gendarmerie nationale. 
Ce rejet du budget pour la Police nationale et la Gendarmerie nationale par la Commission des finances du Sénat est un signal fort pour dénoncer la paupérisation de ces deux services publics.

En effet, la Commission des finances du Sénat a été sensible à la dégradation des moyens qui est mis à disposition d’effectifs toujours plus nombreux.

🔹Sur les dix dernières années c’est + 36% de frais de personnel et – 6% des moyens et des investissements.

🔹Concernant le parc automobile, à ma demande, la Cour des comptes a procédé à une enquête qui a durée plus d’un an. 
Son verdict est sans appel : le parc automobile est vieillissant.

🔹Sur la formation, en 2017, 51% des policiers n’ont pas bénéficié des trois séances de tirs réglementaires.

Retrouvez l’intégralité de mon rapport sur le budget de la Police nationale et la Gendarmerie nationale 🔗 : 
http://www.senat.fr/…/Not…/NP_Police_Gendarmerie_2019_01.pdf

Retrouvez la note de synthèse de mon rapport 🔗 : 
http://www.senat.fr/…/4…/4_pages_police_gendarmerie_2019.pdf

La préfecture de police de Paris : qui trop embrasse mal étreint ?

Créée en 1800 pour réunir entre les mains d’une seule personne l’ensemble des pouvoirs de police de la capitale, la préfecture de police continue d’occuper une place singulière au sein de l’organisation policière qui ne connaît aucun véritable équivalent en France et à l’étranger.

Or, il apparaît que l’institution est aujourd’hui fragilisée par la complexité de son organisation et l’enchevêtrement de ses compétences.

Dans un contexte marqué par une forte hausse de la délinquance et une diminution importante de ses effectifs, la préfecture de police est ainsi l’objet d’une contestation croissante sur le plan politique.

En outre, l’institution n’est pas suffisamment attractive pour les policiers, qui demandent à quitter la préfecture de police dès la fin de leur obligation minimale de service. Cette difficulté est renforcée par le manque d’entretien du parc immobilier, dont la vétusté nuit aux conditions de travail du personnel et d’accueil du public.

Afin de remédier à ces faiblesses, Philippe Dominati formule neuf recommandations.

Lire de Rapport